Blog truffé de bons plans à prix doux pour les enfants,
de billets pour les parents et pour ceux qui ont gardé leur âme d'enfant

23 octobre 2014

Chiner chez Orangevertevintage

Chiner sur Internet est devenu pour moi une seconde nature.

Vous me direz que : « C’est dommage. Il y a tellement de belles brocantes. »

Dès que j’aurai plus de temps (un jour…), je m’y remettrai. Cela me manque.

Heureusement, il existe des chineuses talentueuses accessibles via Internet.

Mon chemin de maman entrepreneure a croisé, récemment, celui d’Alexandra d’Orangevertevintage. C’est avec bonheur que j’ai appris son métier : chineuse d’objets et de petits mobiliers des années 50 aux années 80.

J’allais assurément pouvoir revoir les jouets de mon enfance grâce à Alexandra et bien plus.

Alexandra a, effectivement, retrouvé pour moi les lucioles Bonux, le lapin et l’hippopotame, qui étaient sur ma table de nuit, petite.

Cela m’a fait un drôle d’effet de les tenir dans la main. J’ai été très émue de les offrir à mes enfants en leur expliquant leurs histoires. Ils n’ont pas saisi l’importance de ces jouets pour moi. Ils étaient, cependant, très heureux et comprendront le sens de ces cadeaux plus tard.

Chineries lucioles bonux Orangevertevintage

Chineries lucioles Orangevertevintage

Alexandra d’Orangevertevintage est, par ailleurs, très généreuse et sait faire plaisir. Elle a glissé trois adorables Babies dans mon paquet. Quand je les regarde, il me projette de nombreuses années en arrière en train de jouer sur la moquette de ma chambre ou chez mes grands-parents… Je me souviens encore de leurs paquets rayés et colorés et de l’odeur du plastique.

Chineries babies Orangevertevintage

Alexandra cherche à se démarquer avec une sélection de produits authentiques, beaux, de qualité et à des tarifs raisonnables. Son objectif est de rendre le vintage accessible à tous.

Pour être au courant des chineries d’Alexandra, je vous invite à la suivre sur Instagram @orangevertevintage et sur sa page Facebook. Son blog est aussi un vrai bonheur. On y découvre ses trouvailles sur les brocantes et de superbes DIY rétro. Attention, addiction en vue (pour moi, c’est trop tard !).

J’attends l’ouverture de l’e-shop Orangevertevintage avec impatience. Je vous tiens au courant.

© Images : La reine des pois (tissu Fifi Mandirac) • Article non sponsorisé – Rien n’a été mis dans la tirelire de Mon éléphant à pois pour ce billet.

Vous aimerez peut-être :

• Pendant les vacances, on s’occupe !

• Le blog a 2 ans !

• Ces deux-là

Mots-clés : , , , , ,

Pour partager cet article :

Partage TW Partage FB Partage G+ email

Commentaires

6 commentaires pour cet article
  1. Naaannnn la luciole bonux, je l’ai eu des années à côté de mon lit ! J’en ai la larme à l’oeil tiens !

  2. Merci beaucoup pour ton adorable message Moi Mioches et Méchante. Ah ! Je vois que tu es une nostalgique des lucioles Bonux comme moi ! Ravie de ne pas être la seule émue en voyant ces lucioles.

  3. Arielle dit :

    Oh ça alors ! C’est MON lapin et MON hippopotame !! Et dire que les avais oubliés… Un flot de bons souvenirs ressurgit !!! Merci pour cette nouvelle séquence émotions chère Reine des Pois ;o)

  4. Quelle surprise ! de lire tes jolis mots me concernant me donne beaucoup d’émotion et m’encourage à persévérer ! Faire plaisir est mon premier objectif alors quand tu as ouvert ton colis si tu as ressenti ce que tu as décrit alors je suis comblée ! Merci Clara pour ta gentillesse et d’avoir ecrit un si bel article ☺️ A bientôt !

  5. Alexandra,
    Merci pour ton adorable message. C’est moi qui suis touchée par tes gentils commentaires. Pour le billet, tu le mérites vraiment.
    A très vite !

  6. Coucou Arielle,
    Toi aussi, tu avais MON lapin et MON hippopotame sur ta table de chevet ?!! C’est drôle ! Nous sommes vraiment faites pour être amies.
    Je t’embrasse bien fort, ainsi que tes petits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Copyright 2012-2017 Mon Éléphant à Pois - Tous droits réservés
Design : Judith Gillet