Blog truffé de bons plans à prix doux pour les enfants,
de billets pour les parents et pour ceux qui ont gardé leur âme d'enfant

21 janvier 2014

La fin de la reine des pommes !

Non, nous n’allons pas parler alimentation pour enfants aujourd’hui.

Je vais vous faire part d’un sujet qui m’est très personnel. Au risque de faire passer mon blog pour un exutoire, je me lance, mon expérience pouvant vous donner envie de témoigner de votre propre vécu.

Ces derniers temps, je me suis sentie telle Xavier dans Casse-tête chinois. Il faut dire que je suis fan des films de Cédric Klapisch, donc ça aide ! Ma vie a été un sacré bazar. J’ai été chahutée dans tous les sens avec des dilemmes et des choix cornéliens à faire : mes enfants ou mon travail, devenir une plante verte ou enfin prendre ma vie en main et arrêter d’être la reine des pommes ! Comme Xavier dans L’Auberge espagnole, j’ai envie que la petite fille, que j’ai été, soit fière de moi, de même que mes enfants.

0119Tout cela pour vous dire que maternité et travail ne font pas toujours bon ménage.

6 ans d’études universitaires, 10 ans à travailler, dont 5 dans ma dernière entreprise.

2 grossesses récentes et rapprochées, un retour en fanfare… que dis-je un retour avec mise au placard ! Un déménagement à venir, personne pour garder mes petits bouts et finalement, une rupture conventionnelle de mon contrat de travail. Je vous épargne les détails croustillants pour éviter tous propos calomnieux.

Je voulais partager avec vous cette tranche de vie, car je trouve que l’on parle peu dans les médias de la difficulté de concilier vie active et vie de maman.

Dans quelques semaines et ce pour quelques mois, je vais pouvoir me consacrer à mes enfants et les voir grandir un peu, ne plus courir, ne plus les faire courir, ne plus culpabiliser de les laisser à la crèche. J’envisage également de m’investir plus dans mon blog. Auprès de Mon éléphant à pois, je m’épanouis et fais enfin ce que j’aime, en tant que Reine des pois (ma signature sur ce blog) ! L’avenir est un peu flou, mais je me sens bien mieux comme ça. J’espère pouvoir vous en dire plus dans les mois à venir.

Orchidée et bol à pois : TanakawhoN’hésitez pas à apporter votre témoignage sous ce billet ou à m’envoyer un e-mail à contact@monelephantapois.com, si vous voulez échanger avec moi sur ce sujet.

© Image 1 : La reine des pois – Photo 2 : Tanakawho • Rien n’a été mis dans la tirelire de Mon éléphant à pois pour ce billet.

Vous aimerez peut-être :

Lesptitsmwana.com : le site à suivre pour les futures mamans et les jeunes parents

Maman débordée !

E-fluent mums 2

Mots-clés : , ,

Pour partager cet article :

Partage TW Partage FB Partage G+ email

Commentaires

11 commentaires pour cet article
  1. Je pense que beaucoup de femmes se reconnaitront dans ce que tu décris…
    Vouloir être avec ses enfants est souvent mal perçu par la société. Bah oui, tu ne travailles pas? Tu fais quoi de tes journées? Rien en fait… Mais bien sûr… Tu vas voir pas toujours évident. Moi aussi j’ai fait de longues études puis j’ai travaillé puis j’ai suivi mon mari muté à 8000 km (bon ok c’était pas un énorme sacrifice de vivre au soleil…) et j’ai fait mes 2 enfants et j’ai adoré resté avec elles pour les voir grandir… Et 5 ans plus tard et bien nous rentrons en Métropole en juillet et je vais chercher du travail… Mais j’avoue que je crains de devoir laisser mes filles pendant de longues heures à la garderie… C’est difficile, mais pour exister, il faut une vie sociale sinon tu es jugé et bien souvent mal jugé…
    Bon courage Clara!

  2. Merci pour ton message et ton soutien Pénélope. Ne t’inquiète pas, je ne souhaite pas rester les bras balants niveau professionnel et vie sociale. Mais je compte bien profiter aussi de mes enfants. Le tout est de trouver une organisation pour mon petit monde.
    Je te souhaite aussi beaucoup de courage pour ton retour et ta quête d’emploi. Si tu reviens sur Paris ou en Île-de-France, n’hésite pas à me faire signe.

  3. Nath Malou dit :

    Malheureusement, je vais pouvoir apporter de l’eau à ton moulin puisque moi aussi, j’ai subi une mise au placard à mon retour de congé maternité 🙁
    Tout se passait bien jusqu’à ce que j’annonce ma grossesse. Une grossesse qui a été compliquée, et donc qui m’a forcée à m’arrêter plus tôt que prévu.
    Un directeur macho, une directrice qui n’a pas eu d’enfant …
    Et lorsque je reviens, je n’ai plus de boulot, plus de bureau. Je suis installée sur une table de réunion avec un vieil ordi ressorti de la cave (qui ne fonctionne pas, bien sûr !) et un téléphone sans cordon.
    J’ai une belle fiche de poste … FICTIVE, puisqu’en réalité, je n’ai rien à faire !
    Le 1er mois, ils ont même oublié de me verser mon salaire …
    Et tout ça s’est passé dans le secteur public. Et non, contrairement à ce que pense la plupart des gens, les fonctionnaires ne sont pas forcément mieux lotis que les salariés du privé !
    Allez, hauts les coeurs ! Bon courage à toi. Je suis certaine que tu vas réussir à rebondir. On y arrive toujours, même si c’est très dur à encaisser et que l’on passe par une période difficile …
    Biz

  4. Nath, merci pour ton message de soutien et pour ton témoignage. Je suis vraiment attristée et accablée par ton récit. Cela n’a vraiment pas du être évident pour toi. En tout cas, ton parcours donne de l’espoir, toi qui fait de si jolis bijoux… À
    à découvrir d’urgence pour celles et ceux qui passent par là : Lounath-Fantaisie et Liberty sur http://www.alittlemarket.com

  5. Nath Malou dit :

    Merci pour tes compliments. Je suis touchée <3
    Mais la création de bijoux n'est qu'une activité "secondaire". Si je pouvais en vivre, ce serait le bonheur !
    On en parle un peu plus en privé, si tu veux 😉
    Bon courage !

  6. Merci Nath pour ton retour. Avec plaisir pour discuter de ton activité par mail ! A très bientôt !

  7. Nath Malou dit :

    En tout cas, si tu as pour projet d’écrire un livre sur le sujet, je pense que tu auras de la matière !!

  8. Elodie dit :

    Coucou,
    Bravo et du courage pour la suite… tu sais que je suis avec toi… et n’oublies pas notre projet, qui est vraiment d’actualité!

  9. Merci pour ton soutien infaillible ! Je n’oublie pas notre projet. Nous en reparlerons. Des bisous !

  10. Je viens de lire ton billet et je me retrouve dans certains de tes passages. J’ai 40 ans et oui le bel âge certain le diront… je suis infirmière beau métier n’est ce pas. J’ai 2 filles 13 et 20 mois qui sont super et alors me direz vous de quoi tu te plaind. …
    Remontons plus loin j’ai stoppé et mis de côté mon métier à chacune de mes grossesses pour suivre mon homme carrière oblige et effectivement c’est moi qui est subit difficile de se retrouver seule dans un nouveau cadre sans connaissances dans un boulot ou les femmes ne doivent pas faire d’ enfants et où surtout des horaires de folie.
    Tout cela pour te dire que dernière grossesse j’ai décidé de prendre le temps, laisser ma puce s’épanouir et réfléchir à mon retour et quel retour je tente une reconversion. Je veux vivre pour moi égoïstement et surtout plus avoir à subir la mise au placard du retour sur un poste qui ne va pas m’éclater.
    J’ai laissé de côté une vie confortable pour prendre des risques mais surtout pour un épanouissement personnel une vie riche de bonheur et je prends le temps de regarder grandir mes trésors.
    Bonne chance à toi et courage tu vas déchirer et tu as pris une bonne décision.

  11. Nathalie, Merci pour ton adorable mot, de ta gentillesse et d’avoir partagé ici ton expérience.
    Tu as du cran! Je souhaite de tout cœur que ta reconversion aboutisse et t’apporte du bonheur.
    Il n’est franchement pas évident d’être une femme maman au travail. Je me retrouve également en partie dans ton récit.
    Si tu souhaites échanger sur ton parcours, ton vécu et ta reconversion, nous pouvons continuer la discussion par email.
    Plein de belles choses à toi et à ta famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Copyright 2012-2018 Mon Éléphant à Pois - Tous droits réservés
Design : Judith Gillet